NOUVEAU :

                   • Manuel Réaliste-Convenable du Comm-Anar

                   • Œuvres de Freddy Malot par ordre chronologique

 

Accueil Tracts & Articles Brochures Contactez-nous !

version pdf pour impression Version pdf pour impression 

Peuple-Masse-Caste

Véridiques, Menteurs,
et l’Entre-deux

 A  Les Véridiques sont  PEUPLE . L’ennemi juré de la Caste dominante. Peuple, c’est Église + Front (à parité). Front = néo-Préhistos (sociétés Parentale et Politique). Le Peuple anticipe le Comm-Anar, société d’Égalité-Liberté, c’est-à-dire sans Argent et sans Arme. C’est la 3ème espèce de la race humaine en marche.

Le Peuple est à présent presque rien. Il sera encore minorité en libérant un continent.


 B  Les Menteurs sont  CASTE . L’ennemi juré du Peuple dominé. Caste, c’est Barbares dirigeants + Populace (Déclassés, l’Interlope embrigadé).

La Caste est au fond peu de chose. Au grand maximum 5 %. Même mis hors d’état de nuire, ces “esclavagistes” tenteront encore des “revanches”.

•••

La  MASSE  se trouve entre ces minorités. Il est bon d’y distinguer :


 1  Les Alliés du Peuple. Ils ne se comprennent pas eux-mêmes. Comme leurs ancêtres de la Préhistoire Vivante Orthodoxe ne se comprenaient pas eux-mêmes. Mais ces derniers “avaient raison de se tromper” et se trouvaient à l’offensive, alors que Pol-Pot et Ben Laden, Savitri Dévi et les Netoureï Qarta, quoique authentiques militants anti-Caste, sont Hétérodoxes et sur la défensive.


 2  Les Pèse-sur-terre. Ils se mentent à eux-mêmes ; à des degrés divers. Ils forment la majorité écrasante de la Masse, et par suite de la population. Faire en sorte que les pèse-sur-terre se dépouillent de leur condition présente résume toute la Question Sociale. En effet, le renversement de la Caste n’est qu’un détail. Or, retenons que la Démocratie Socialiste et le Communisme se sont cassés les dents sur le fond du problème.

Il y a trois niveaux de ce Marais, ou Plaine sociale (cf. 1789) :

a) Amis du Peuple. Ce ne sont pas des Alliés, pour la simple raison qu’ils ignorent ce que veut dire Militer, se faire soldat d’une cause…, malgré les illusions qu’ils peuvent nourrir à cet égard. Ils sont donc bienfaisants, mais d’occasion et sans grand mérite. Leurs effectifs dépendent totalement de la température sociale. Ils sont contaminés par le sectarisme, et ils passent aisément de l’Exaltation à l’Abattement (Lénine). Ainsi, ces gens peuvent-ils faire beaucoup plus de bruit que leur importance réelle ne le justifie. Finalement, nous avons affaire à la catégorie spéciale de pèse-sur-terre tiraillée entre les Alliés du Peuple et les Niais.

b) Les Niais. Ceux-ci sont les pèse-sur-terre au sens strict. Or, ils sont le “ventre”, le gros morceau de la Masse. “Niais” n’est-il pas le nom qui convient à ces gens ? Preuve par la France : ce sont ceux-ci qui, dans le même élan, encombrent les trottoirs pour applaudir successivement Blum en 1936, Pétain en 1940, et De Gaulle en 1944.

On ne peut rien reprocher aux Niais. Pourquoi auraient-ils honte de leur irresponsabilité sociale, vu que l’ordre existant leur rappelle à chaque instant et avec la plus grande énergie, qu’ils ne sauraient prétendre accéder collectivement au rang des “gens qui comptent”, des “décideurs”, à tout ce beau monde de canailles auto-proclamées “élites”.

Dans ces conditions, prêcher la substitution du Comm-Anar à la domination présente de la Barbarie Intégrale serait-il une gageure ? Point du tout. Pour s’en convaincre, il suffit de considérer ce qui suit : 1° C’est précisément la responsabilité du Peuple – et directement du Front –, que les pèse-sur-terre se dépouillent de leur condition présente. 2° Sans la conquête par le Peuple de la neutralité sympathique des pèse-sur-terre, il n’est point de salut pour l’humanité à espérer. 3° Au lendemain de la victoire, il ne faut pas se leurrer sur l’étendue des progrès accomplis à ce moment par les Niais.

c) Complices de la Caste. Ceux-ci forment la frange inférieure des pèse-sur-terre. Ils forment un couple de contraires avec les Amis du Peuple : ce sont de pseudo-militants (en cela distincts des Niais qui sont des avachis sans prétention) ; leur importance ne doit pas être surfaite ; leur dilettantisme pro-Caste est instable.

Nous devons tenir les Complices de la Caste pour des malfaisants bien intentionnés, simplement tiraillés entre les Niais et les Jouets proprement dits de la Caste.


 3  Les Jouets de la Caste. Ce sont des drogués du Paganisme Intégral. Ils ont des opinions violemment opposés à leur propre intérêt. En effet, ils offrent leurs services à la Caste, bien que n’en tirant en fait aucun avantage substantiel. Ils sont Militants, contrairement aux simples Complices de la Caste, mais sont partie intégrante de la Masse, contrairement à la Populace.

Comment se fait-il qu’il y ait des Jouets de la Caste ? C’est que le Peuple ne s’est pas levé ; que les Alliés du Peuple ne sont pas plus crédibles qu’eux par rapport à la puissance de la Caste dominante ; et parce qu’ils sont dupes de l’hostilité de façade entre Démon-crates et Nazis. D’où les anciens membres du Front Rouge (Rote Front) qu’on retrouve dans les Sections d’Assaut (S.A. : Sturm Abteilung). Le paradoxe des Jouets de la Caste est qu’ils croient à ce qu’ils font ; alors que les “Grands Commis” ont l’art de voir le vent tourner, et mettre des billes des 2 côtés !

 – 22 juin 2010

________





Avertissement :

Nous vous rappelons que nous vivons en pays occupé :

"Les murs ont des oreilles...".